Kamelot

Les nouvelles aventures du royaume de Kamelot où vous êtes les héros
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Poêmes!

Aller en bas 
AuteurMessage
Marie Blanche
Magicien
Magicien
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 28
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Poêmes!   Lun 22 Mai - 19:20

Y a-t-il un poête ou un futur poête ici? Bah moi je sais pas pour ma part, j'écris des poêmes ici et là, quand ca me prend. On m'a souvent dit que c'était très beau ce que j'écrivais. Parfois ils parlent d'amour, d'autre de mort, d'autre de la vie après la mort, certains sont une morale(ou plusieurs). J'adore écrire des poêmes, surtout s'ils sont sur mes sentiments, mes peurs ou sur mes croyances! Je vais vous en montrer quelques uns^^



Du temps il en faut...


Dans une vie, l'amour n'est pas assez présent.
Dans le présent, l'amitié est parfois absent.
Dans le futur, le risque est toujours caché.

Au cours d'une vie, l'amour n'est jamais complete.
Au fil du présent, l'amitié est ailleur.
Au cours du futur, le destin décideras des chemins...

Il en faut du temps pour accomplir tout nos désir, il en faut même plus d'une vie. Croyez vous à la vie après la mort? Moi j'y croit, puisque l'amour ce complete au fil des vies...



Au grand désespoir de chaqu'un...

Le passage,
l'image,
l'ouvrage
apporté a chaqu'un,
d'une quelqu'onque manière,
à toute sorte de parfum.
Le désespoir est une sorte de tanière,
l'ont en sort que lorqu'on a finalement compris
qu'est-ce qu'aimer,
qu'est la vie...
Après l'ont découvre la féminitée
l'éternelle beautée...



Cavalier

Dans le desert du temps
vit un cavalier sur son cheval.
Un jour il rencontre sur un banc,
une jeune beautée aux yeux cristal.
Ce jour-là boulversa sa vie,
car la jeune beautée l'eu transformé.
Un monstre il fut devenu,
simplement pour n'avoir su détaché
de son regard soutenu,
de sa beautée...

La beautée n'est pas la chose qui compte, une femme superbement jolie peut transformer un hommen en le manipulant. Ceci est une leçon de vie, je ne dit pas de ne pas faire confiance aux jolies femmes, mais plutot de faire attention et de surveiller vos arrières, car la beautée a parfois son coté caché!




___________________~°~___________________

Dites-moi ce que vous en pensez^^ Commentaire mauvais ou bon, ca me dérange pas, des trucs pour améliorer mes écrit, ca aussi^^(saif si cela a rapport aux fautes d'orthographes, parce que ca je suis nulle en orthographe et c'est le cas de le dire Embarassed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pensionnat-sakura.dynamicforum.net
Bolok
Chevalier solitaire
Chevalier solitaire
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 27
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Lun 22 Mai - 20:13

C'est tres joli. Mais j'ai cru appercevoir dans ton message un appelle a l'art et je suis moi meme un poete... Le temps d'erire la totalité, je vous met 3 extraits. Attention poesie de type originale...


extrait 1:

Tes yeux sont d'une grande profondeur
Comme le couteaux planté dans le beur.


extrait 2:

Tel un escargot dans une flaque d'eau,
Le soir je me noie dans mon déséspoire.


extrait 3:

Il y a peu j'ai pleuré a la vu d'un coeur fendu,
Ce n'était en réalité que le trou de mon cul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie Blanche
Magicien
Magicien
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 28
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Lun 22 Mai - 20:33

Morte de rire.

Premièrement, un poême n'a pas que 2 vers^, il a au moins 2 paragraphes pour qu'il soit complet^^;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pensionnat-sakura.dynamicforum.net
Jhalam Saarïs
Assassin
Assassin
avatar

Nombre de messages : 372
Date d'inscription : 16/05/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Lun 22 Mai - 20:51

A moi Mister Green désolé messieurs dames mais c'est de la prose...


Il est des parfums frais comme l’automne, qui tourbillonnent inlassablement, dans le vide de mes pensées. Acre odeur de sang, piquante sensation de mort, allongé sur ma bute je respire en vain.

Le crépuscule s’installe, imposant au vent une douce saveur d’iode. Mon cœur s’emballe de souvenirs. Je ressens la délicate caresse de l’eau sur ma peau, lancinante, larmoyante, allant et venant au grès de la bise. Penchée au-dessus de moi, elle porte à son cou le volatile parfum de ces îles lointaines que je n’ai jamais vu. D’un souffle cristallin, elle me berce d’histoires merveilleuses, qui tentent à m’égarer dans ses yeux aux reflets d’argent. Son contacte fragile m’apaise et ses mots au creux de mon être me transportent au-delà de mes sens. Noix de coco, banane, mangue, litchi, fraise, je goutte à tout et tout mon corps s’emplit de saveurs. Mes narines s’exaltent de tous ces parfums.

Et me touchant la main, mon amante horrifiée s’évapore. J’essaye de la rattraper, mais mes membres gelés m’emprisonnent à terre. Ma vie comme mes larmes s’écoulent lentement sur l’herbe verte. L’iode n’est plus, mon amante envolée. Ne me reste que l’insoutenable puanteur de la mort autour de moi. D’un œil satisfait, la faucheuse m’observe et lève sur moi cette lame maintenant si chère à mon cœur.

Acre odeur de sang, piquante sensation de mort, allongé sur ma bute j’expire au matin.

J'adore le lien qui existe entre espoir et désespoir...je suis bizarre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie Blanche
Magicien
Magicien
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 28
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Lun 22 Mai - 21:00

J'adore, c'est super bon^^

à mon tour, je l'invente et je ne le vérifie pas! vous me direz ce que ca donne^^




Tour de feu, tour de flamme,
Mon corps sans armes.
Je me livre a toi,
Toi, mon amour et ma loi.
De toute ame,
Tout ma flame.
Je te porterai secour,
Dans chaqu'une de ces tours.
Si je dois bruler,
au moins je t'aurai sauvé.
D'amour de sang,
D'amour d'enfant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pensionnat-sakura.dynamicforum.net
Vaillant
Apprenti
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Mer 24 Mai - 23:21

Moi je suis nul en poésie , mais Rowane elle, est très forte pour ça Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bolok
Chevalier solitaire
Chevalier solitaire
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 27
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Mer 24 Mai - 23:42

J'adore vos creations... dommage que les mien facent moin fureur...

Prend son stylo bic et essaye de composer...

...Mince je ne sait pas lire ni ecrire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lancelot du lac
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 1086
Date d'inscription : 28/02/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Jeu 25 Mai - 0:03

A ta décharge Bolok et pour le plaisir de contredire Marie razz il existe des poèmes très brefs qu'on appelle des haïkus. 3 vers en tout et pour tout. Genre :

Le vent meurt
Les herbes
s'habillent de deuil

(Aioigaki Kajin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.winnerforum.net
Garion
Magicien
Magicien
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Jeu 25 Mai - 0:09

Bon à moi.

La chevaucher du crépuscule

un voyageur sur un cheval, chevauche
Dans la nuit tombante, son ombre danse
Sous les rayons mourants du doux Soleil
Qui le regarde avec son oeil

Cet oeil mourant pleure sa mort
Mais fête sa renaissance tel un phénix
Le soleil meurt

Le cavalier assiste à cette scène impuissant
Impuissant il est, car le mourant est trop loin
Inaccessible est se vieillard qui aura vécu qu'une journée
Qu’un seul souffle


Voici un poême que je vien de créé juste pour vos yeux Lol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bolok
Chevalier solitaire
Chevalier solitaire
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 27
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Jeu 25 Mai - 0:13

pas mal du tout Wink

Et merci Lancelot de me soutenit!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jhalam Saarïs
Assassin
Assassin
avatar

Nombre de messages : 372
Date d'inscription : 16/05/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Jeu 25 Mai - 0:26

Ouaiiiiii Bolok...moi j'aime bien ske tu fais !!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anechka
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 22/03/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Jeu 25 Mai - 1:11

Bon hem.... j'écris aussi, à mes heures.. voilà donc un petit mix des différents styles qu'il m'arrive d'éffleurer de la plume ^^
[PS: il y a un cageot de tomates pas fraiches derrière l'estrade au cas où Mister Green ]

Pour un enfer qui fut leur paradis

Ils se sont rencontrés sur des chemins de hasards, s’effleurant d’abord du bout des doigts, chuchotant des incantations qui n’avaient de sens qu’à leurs yeux, s’apprivoisant mutuellement. Répétant et renouvelant ce ballet des corps et des âmes vieux de plusieurs siècles. Pionniers de leur monde, ils bâtirent des rêves à l’encre des murmures fébriles, échangés trop souvent dans les ombres d’une citadelle sans fenêtres.
Leurs yeux désabusés ont longtemps cherché la lumière dans le regard de l’autre, ils s’aimèrent.
Et sous leurs paupières closes s’égrenaient deux rêves, sur deux chemins opposés, alors que se tenant la main ils unirent leurs vies pour le choix d’un même destin.

Alors que ses doigts glissent sur le verre froid d’une fenêtre brisée, elle se souvient de ces premiers instants ensemble, la découverte de l’autre, leurs âmes qui se cherchaient si souvent et se trouvaient par les chemins de traverse qu’ils empruntaient pour défier le commun des mortels. Leurs rires qui fusaient aux sons des remarques acerbes de tout ces autres qui ne comprenaient ni leurs choix ni leurs maux, et encore moins cet amour de deux êtres si différents et pourtant si semblables.

Un flocon de neige s’égare un instant dans le creux de sa main alors qu’il regarde le soleil se lever dans une lueur rougeâtre. Lui aussi, se souvient, leurs regards amusés à la surprise des badauds, leurs promesses muettes déposées en bouquets discrets aux quatre coins de leurs esprits. Ce langage qui n’appartenait qu’à eux, et toutes ces petites choses qui lentement forgèrent leur univers.

Et dans deux mondes bien distincts, leurs mains se referment, contre cette autre, qui n’est pas là mais qu’ils devinent, sans pour autant oser l’espérer, ni se l’avouer.
Les questions auraient pu venir, nombreuses à leurs esprits désabusés, les larmes auraient pu perler à leurs yeux embrumés, mais elles ne vinrent jamais. L’orgueil fut un bien mauvais conseiller quand ils se perdirent, aucun ne voulant revenir vers l’autre, chacun s’appliquant même inconsciemment à creuser un peu plus le fossé qui les séparait.

Quand se sont ils perdus ? Il n’est pas de jour précis où la cassure se fit nette, ce fut un travail du temps, de l’habitude qui tue ces petits gestes attentionnés, de la nuit qui éteint les regards passionnés, du matin qui fait taire les désirs, de tout ces petits riens qui distillent la monotonie. Leurs doigts entrelacés ne se sont pas totalement abandonnés, ils ont juste pris du recul alors que leurs âmes hurlaient cette absence déchirante, ce besoin irréel d’être un autre, une autre, de mourir et de vivre tout à la fois.


L'aube vermeille
Le clapotis fluet de l’eau, le frisson discret dans les feuilles, l’envol d’une mésange, au loin, le soleil se lève.
Les ombres s’étirent, lascives, sous la lumière douce d’une aube naissante.

Elles dansent.

Son souffle se mêle à la brise douce et tiède d’un matin de juillet. Seule, elle fait face à la rivière, suivant des yeux les reflets argentés des nuages qui plongent sans pudeur dans l’onde claire et fluide.

Elle pense.

Une larme solitaire s’égare sur sa joue trop pâle, elle roule, perle éphémère et cristalline dérobée à son écrin d’émeraude. L’étoffe de satin noir se froisse puis soupire, suivant le mouvement de cette ombre qui se laisse tomber à genoux, au bord de l’eau.

Elle pleure.

La lame, froide, douce et apaisante, se glisse et danse, reflétant les premières lueurs du jour. Un frisson sur sa peau, un éclat dans ses yeux, un sourire sur ses lèvres et une perle vermeille, qui roule et s’égare sur sa poitrine, un sillon pourpre qui se dessine et la fait chavirer, le regard qui se trouble tandis que la lame continue sa course folle, meurtrière, apaisante. Le soleil qui se lève et se reflète dans l’eau rougie où déjà son dernier souffle se perd, dans une aube vermeille…

Elle meurt


Des lyres des maux. (Je précise que ce qui suit fut inspiré et remanié avec un ami qui a un style bien à lui pour écrire, il a voulu m'ouvrir un nouvel horizon, c'est le premier texte que j'écris de cette manière)

Une main qui s'égare au creux de nos cils lancent, un chemin qui s'achève comme une rêve et rance.
Si la vie epars fin, elle est celui du tant, qui va , passe et s'est teint, tel un souffle qui se meurt.
Je te rejoins souvent dans mes rêves d'un des sens, où ton souffle brule lent se mêle à mes désirs, quand nos chemins ardents se recouvrent de glace, un souvenir de printemps m'attire et tout s'efface.

Passons encore sept nuits, en sang semble cher bourreau, qui me brise et m'anime par un simple regard, toi qui me brise le coeur tout en sèchant mes larmes. Toi à qui je m'offre au milieu des bas d'eau . Toi qui saoul rit encore quand je m'offre assez autres, et qui l'aube venue sang part de m'essence, comme un amant fou, gueux, une tempête de jouissance.


Regarde cette petite, comme elle dort confiante, après cette nuit volée , anne autre douce âme menthe.
La perds le rouge jaillit douce amant, elle frissonne, bien tôt, ou tard, ne sera plus.
Doux ce complice d'une nuit, tuée comme tant d'autres, si je dois vous nommer dénombrer anonymes, vous si douces, si naïves, un seul "non" vous qu'on vienne vient, petites fleurs de rosée, vous êtes et fées mères, et vous le resterez
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowane
Apprenti
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 239
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Jeu 25 Mai - 11:40

Voici quelques un de mes textes.


Coeur fragile

C’est une petite ombre folle
Une enfant qui va encore à l’école
Dans son cœur a jamais meurtri
Par un crime que souvent on oublie
Elle tremble sous sa couverture
D’ou l’on voit à peine sa figure
Elle entend la porte s’ouvrir
Et des pas semblent l’avertir
Seulement elle ne peut bouger
C’est comme si elle était paralysée
L’ombre approche de son lit
Elle sert dans ses bras son petit Teddy
La main soulève la couette
Regardez-le comme il s’apprête
L’enfant tremble et pleure
Elle a peur de son géniteur
La porte de la chambre se referme
Et il n’aura même pas un mois de prison ferme
Et son crime restera impuni …
Et la loi laisse faire ses abrutis




Si seulement tu pouvais ouvrir ton cœur, alors tu pourrais y voir toutes mes peurs
Et si seulement tu pouvais ouvrir ton âme, là tu m’y verrais en larmes.



Comprendre ?

Si je savais, ce que tu penses vraiment
Ce qu’il y a dans ta tête
Au fond penserais tu as moi ?

Si je savais ce que tu aimes vraiment
Ce qu’il y a dans ton cœur
Au fond n’aimerai tu que moi ?

Oui, mais voilà, je ne sais rien de toi
Tu voudrais que je t’aime
Mais moi pour l’instant je ne le peux pas
Je t’ai dis ce que j’en pensais
Mais toi tu sembles si pressé
Dis moi pourquoi ?

Pourquoi ce tel besoin de moi ?
Qui suis-je au fond réellement pour toi ?
Tu ne veux pas me répondre, tu as peur, oui, mais de quoi ?

Si je savais ce que tu vois vraiment
Ce que tu regardes comme ça
Au fond m’y verrai tu moi ?

Si je savais ce que écoute souvent
Ce que tes oreilles entendent
Au fond te confierais tu as moi ?

Tu me dis que je dois l’oublier
Pourquoi je ferais ça pour toi ?
Qui me dit que c’est avec toi que plus tard je vivrais ?

Tu crois tout savoir sur moi
Mais au fond tu ne me connais pas
Comment peux tu même me jugé comme ça
Alors que toi tu gardes tout pour toi

Si je savais a qui tu tiens vraiment
Qui tu protèges comme ça
Au fond, me prendrais tu dans tes bras ?

A ce jour, je ne sais pratiquement rien de toi
Ce que tu penses
Ce que tu aimes
Ce que tu vois
Ce que tu entends
A qui tu tiens
Au fond moi je ne le sais toujours pas …



Vivre

Je ne sais pas si je peux t’aider, je ne le pourrais peut être jamais
Seulement je suis comme toi, de la peine j’en ai à tout va
Des gens comme toi ou moi, y en a plus qu’on ne le croit
La tristesse, la haine, l’amour, il peut y en avoir tous les jours
Le malheur, la peur, les pleures, il y en a aussi toutes les heures
Seulement malgré tout ça, certains ressentent de la joie, et ne se décourage pas
Ils rie, chantent et pleurent, et cela à toutes les heures
Avant je me disais ça, « Pourquoi certains sont heureux, quand d’autres ne le sont pas? »
Je n’ai pas de réponse à cette question, ni même de vrai solution
Tout ce que moi je peux te dire, c’est de continuer à écrire
Pour faire sortir cette peine, qui te mine et t’ensorcelle
Un jour nous remonterons en celle, et notre vie sera plus belle
En attendant ce grand moment, vivons juste le moment présent
Alors pourquoi ne ferions nous pas comme eux, et simplement vivre tout les deux




Rowane Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bolok
Chevalier solitaire
Chevalier solitaire
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 27
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Poêmes!   Jeu 25 Mai - 12:21

merci de me soutenir Jhalam!

ps: j'aime bien le machin d'Anneka Wink c'est special mais pas mal du tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poêmes!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poêmes!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kamelot :: Hors jeu :: Vos créations-
Sauter vers: